Crime à la cathédrale de Lectoure

Crime à la cathédrale de Lectoure

crime-cathedrale-Lectoure

Qui a commis ce crime ?

Qui a été tué ?

Par une belle journée ensoleillée, plus précisément le lundi quatre juillet à sept heures zéro sept, le TGV Paris-Toulouse entra en gare d’Agen.
Un homme d’une soixantaine d’années, grand, environ un mètre quatre-vingt cinq, les cheveux grisonnants, descendit du TGV. Il portait une soutane.
Il se dirigea vers l’arrêt du bus où déjà quelques personnes attendaient. Il demanda à l’une d’entre elle, avec un léger accent du nord :
— Pardon madame, c’est le bus pour Lectoure ?

Vous souhaitez acquérir les 3 nouvelles ? Cliquez ICI

Continuer la lecture de « Crime à la cathédrale de Lectoure »

Meurtre rue Jules de Sardac

Meurtre rue Jules de Sardac

rue-sardacC’était la fin des cours au lycée Maréchal Lannes. Il fallait fêter ça avant de passer le BTS ! Julien, dont les parents partaient justement à la fin de la semaine, proposa de faire une petite fête chez lui.
— Quand veux-tu organiser cette soirée ? demanda Mélanie.
— Samedi soir, ce serait sympa. Mes parents partent en week-end et ils sont d’accord pour que j’invite des amis. Mais pas une cinquantaine de personnes, une fête en petit comité.
— Moi je suis partante. J’adore les fêtes entre amis.
— Moi aussi, rétorqua Julien. Et puis, ce serait la première fois que je reçois chez moi.
— Qui vas-tu inviter ?

Vous souhaitez acquérir les 3 nouvelles ? Cliquez ICI

Continuer la lecture de « Meurtre rue Jules de Sardac »

Crime au Bastard

Crime au Bastard, un hôtel-restaurant de qualité à Lectoure dans le Gers

Crime-au-bastard-lectoureUn samedi ensoleillé de juillet, plus exactement le troisième, je remontais la rue nationale de Lectoure quand j’entendis sonner les cloches de la cathédrale.

En m’approchant de celle-ci, je vis un attroupement sur le trottoir de droite au niveau de la boutique des « Fleurons de lomagne » et d’autres personnes agglutinées sur le trottoir d’en face, laissant passer les rares voitures qui descendaient.

Il s’agissait du mariage de Cécile Rival qui s’appellerait désormais Cécile Rangot, nom de son mari Antoine, chef d’entreprise très connu dans le Sud-Ouest.

Ils étaient passés devant le maire une heure avant et sortaient de la cathédrale, suivis des invités des deux familles vêtus à l’ancienne. Il était de coutume d’admirer les mariés à la sortie de la cérémonie.

Vous souhaitez acquérir les 3 nouvelles ? Cliquez ICI

Continuer la lecture de « Crime au Bastard »