Déscoachez-moi (déscotchez-moi)

Mon chien ne va pas bien du tout
Il fait des dégâts partout
Je n’en arrive pas à bout
Il va finir par me rendre fou

Pour régler ce souci
J’ai appelé Sylvie
Pour régler ce problème
J’ai appelé Selem

Ma vie sentimentale c’est l’horreur
J’ai beau chercher l’âme-sœur
Je n’ai pas le look acteur
Pourtant j’ai ce qu’il faut dans le cœur

Pour régler ce souci
J’ai appelé Cathy
Pour régler ce problème
J’ai appelé Charlène
Continuer la lecture de « Déscoachez-moi (déscotchez-moi) »

Rends-moi heureux

Par les temps qui courent
Personne n’est à l’abri de rien
Avec tout ce qui nous entoure
On ne sait pas de quoi sera fait demain

Avec tout ce qu’on voit
On peut s’éveiller un matin
Les pieds nus sur un fil de lin
Avec tout ce qu’on a vu tomber, tomber sur soi

Alors si tu le peux
Rends-moi heureux
Alors si tu le peux
Rends-moi heureux
Un tout petit peu heureux
Continuer la lecture de « Rends-moi heureux »

Elle s’en va loin très loin


Elle s’en va loin, très loin

Dans le silence de la nuit
Une ombre se faufile
Sur les remparts de la petite ville
Sans regrets ni remords dans son cœur meurtri
Là où les blessures sont à jamais enfouies
Elle s’en va loin, très loin

L’adolescence sur le fil
Des moments difficiles
Le plus souvent très proche de l’abîme
Avec les mots violents et les coups en prime
Pour oublier le rejet dont elle est victime
Elle s’en va loin, très loin

Quand la nuit couvre le soleil de sa vie
Quand l’aurore se lève qu’elle n’est plus à l’abri
Quand elle ne sait s’il est midi ou minuit
Dans la tristesse l’angoisse elle se réfugie

…..Silhouette à l’allure féminine
…..Loin de sa nature masculine
…..Elle disparaît au coin de la tour
…..Elle s’en va loin très loin pour toujours

Dans la souffrance des non-dits
Des amours interdits
Elle met un terme à l’enfer de sa vie
Dans la petite ville où elle a grandi
Jusqu’à ce jour parsemée de lourds soucis
Elle s’en va loin, très loin

Elle ne guérira jamais de la violence
Personne ne regrettera son absence
C’est ce qu’elle pense au fond d’elle-même
Personne ne lui a jamais dit un «je t’aime»

…..Silhouette à l’allure féminine
…..Loin de sa nature masculine
…..Elle disparaît au coin de la tour
…..Elle s’en va loin très loin pour toujours

Quand je serai vieux

Vieux ? Vous avez dit vieux ? Ca arrive ?

quand-je-sera-vieux

Quand j’aurai l’âge
De mes artères
Que je serai vieux
Quand je porterai des lunettes pour mes yeux
J’aurai encore des jours heureux

Quand j’aurai l’âge
Des cheveux blancs
Qu’y aura t-il de mieux
Qu’être assis tous les deux
Le soir au coin du feu
Quand je serai vieux

Quand j’aurai l’âge
D’être grand-père
Que de bons moments
Quand je garderai mes chers petits enfants
En compagnie de grand-maman

Châteaux de sable
Gâteaux du diable
Qu’y aura t-il de mieux
Et quoi de plus charmant
Quoi de plus amusant
Quand je serai vieux

On jardinera le potager avec eux à Lectoure
On appréciera de les choyer quand ils seront autour
Il trouveront là l’endroit rêvé que l’on aura fait pour

La la la la …

Quand j’aurai l’âge
Des petites douleurs
Que je crierai « Aie »
Tu me feras bien des câlins des douceurs
Et notre amour sera sans faille

Quand j’aurai l’âge
Du pur bonheur
Qu’y aura t-il de mieux
Qu’être encore amoureux
Plus que jamais heureux
Quand je serai vieux

Sur le belvédère de Lectoure

Sur le belvédère de Lectoure

La chaîne des Pyrénées danse
Tout au fond de la vallée
Je l’observe en silence
Car je suis haut perché

Sur le belvédère du grand bastion
du château des comtes d’Armagnac

Sur une feuille blanche
Je pourrais la dessiner
Sur une pierre blanche
Je pourrais la sculpter

Je tourne le dos aux sœurs de Nevers
Dames de la charité
Neuf tombes au cimetière
Là pour l’éternité

Sur le belvédère du grand bastion
du château des comtes d’Armagnac

Sur une toile blanche
Je pourrais les disposer
Afin qu’une avalanche
D’amour soit dispensé

Ici était emprisonné
Le duc de Montmorency
Que le nom des allées
Exempte de l’oubli

Au bas du belvédère du grand bastion
du château des comtes d’Armagnac

Je pourrais vous en parler
De vive voix évoquer
Le trou noir des oubliettes
Où gisaient les squelettes

Appuyé sur le mur je pense
Au présent et au passé
C’est vrai que j’ai la chance
D’être si haut perché

Sur le belvédère du grand bastion
du château des comtes d’Armagnac

Sur l’esplanade du bastion

L'esplanade du bastion

Sur l’esplanade du bastion

Sur l’esplanade du bastion
Le kiosque a rangé ses violons
On a supprimé le gazon
Un petit brin de vert c’était bon
Il pleut dans ma raison

Sur l’esplanade du bastion
Les boules de pétanque résonnent
Les soirs d’été tard dans la nuit
Mais le show n’est plus garanti
Il pleut dans mon esprit

Sur l’esplanade du bastion
Après un orage furibond
Sont tombés les arbres à marrons
On a refait les plantations
Il pleut dans ma raison

Sur l’esplanade du bastion
En août c’est l’intronisation
Des stars et travailleurs gascons
A la confrérie du melon
Il rit dans mon esprit

Sur l’esplanade du bastion
Les repas des associations
Participent à l’animation
De cette place d’exception
Il rit dans ma raison

Sur l’esplanade du bastion
J’ai écrit mes premières chansons
Est-ce-que mes mots s’envoleront
Un jour plus loin vers l’horizon
Pour faire aimer le Bastion
Pour faire aimer le Bastion
A Lectoure le Bastion

Oh Sauvez-moi – Château d’Esclignac

Oh Sauvez-moi -Le Château d’Esclignac

Château d’Igor et Grichka Bogdanoff à Montfort, Gers, 32
Grishka décédé le 26 décembre 2021 et Igor le 3 janvier 2022
Ils reposent au village de Saint-Larry, près d’Auch, dans le Gers.

Chateau d'Esclignac à Montfort, 32

 

Je suis un malheureux château en ruine
On peut me voir au détour du chemin
Vous verrez que j’ai bien, bien triste mine
Je ne sais pas quel sera mon destin

Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi

Pourrai-je en éblouir encore certains
Serai-je restauré pour mon millénaire
Les fonds seront-ils récoltés enfin
Je le souhaite autant que mes propriétaires

Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi

Je vis à Monfort dans le Gers
Je suis le château d’Esclignac et j’espère
Que revivent mes années de gloire
Pour que perdure l’histoire
De ce petit coin de terre
De ma Gascogne dans le Gers

Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi

Un jour vous viendrez me rendre visite
Séjourner dans le secret de mes aïeuls
Vous verrez qu’entre mes vieux murs d’élite
De ces soucis j’en aurai fait le deuil

Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi

Je voudrais accueillir de beaux concerts
Je voudrais faire vivre des expos
Conter mon histoire comme un reporter
Et pourquoi pas ouvrir un bon resto

Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi Oh sauvez-moi

La Taverne du bastion

La  Taverne du bastion à Lectoure

Cet établissement a changé de Propriétaires (août 2020), elle devient Brasserie. Cette chanson est le témoignage d’un moment passé.

Elle a à nouveau changé de propriétaires en 2020 et s’appelle tout simplement « Le Bastion ».

La taverne du bastion Lectoure

Hey, Ho, hey, ho, hey, ho

La Taverne du bastion
C’est un lieu de prédilection
La musique en toutes saisons
Vient surpasser le mur du son
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

A la Taverne du bastion
On n’attend plus l’accordéon
Le bar marche à l’unique son
Du blues du rock et ça bastionne
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

Hey, Ho, hey, ho, hey, ho

A la Taverne du bastion
Les concerts tournent et tournent rond
Comme des rugissements de lions
Les guitares saturent à fond
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

A la Taverne du bastion
Assis au bar en position
Tu bois ta bière à la pression
Avec ou sans modération
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

Hey, Ho, hey, ho, hey, ho

Et la Taverne du bastion
Fais bouger la population
Des alentours des environs
Et la fait roller par passion
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

A la Taverne du bastion
N’oublie pas la restauration
Vu sur le Gers dégustation
Des bons produits de la région
C’est blues, c’est rock, c’est blues et rock and roll

Le Rouge-Gorge

Le restaurant a fermé ses portes le 16  décembre 2018.

Le Rouge-Gorge

Restaurant le Rouge-Gorge
Le Rouge-Gorge était à la fois restaurant, brocante et cave à vin.
Le restaurant a fermé ses portes le 16  décembre 2018, puis devenu « Racine », puis, en 2021, « Le bonheur est dans le pré ».

Le Rouge-Gorge
Un jour Lectoure a survolé
Et s’y est installé
Au 123 rue nationale
Près de la cure thermale

Le Rouge-Gorge
Isolé au fond de la ville
Continue d’y chanter
Et bien qu’il paraisse tranquille
Il est fort occupé

Et chante chante le refrain
De l’oiseau, l’oiseau serein
Et chante chante le refrain

Du passereau méditerranéen

Le Rouge-Gorge
C’est un resto original
On n’y mange pas mal
Melaine te fait des p’tits plats
L’ambiance y est sympa

Le Rouge-Gorge
C’est une sorte de brocante
Et tu manges au milieu
D’objets à acheter si tu veux
Et le décor t’enchante

Et chante chante le refrain
De l’oiseau, l’oiseau serein
Et chante chante le refrain

Du passereau méditerranéen

Le Rouge-Gorge
C’est aussi une cave à vins
Rouge blanc ou rosé
Les nectars sont à déguster
Sur place ou à emporter

Le Rouge-Gorge
Aura sa place très longtemps
Tant qu’il voudra chanter
Qu’il fasse beau ou mauvais temps
Puisse-t-il nous régaler

Et chante chante le refrain
De l’oiseau, l’oiseau serein
Et chante chante le refrain

Du passereau méditerranéen

Les travaux traîneront

Les travaux traîneront

Que ce soit à Lectoure ou ailleurs, les travaux sont toujours plus longs que prévu.

C’était un petit maçon
Qui tenait bien le fil à plomb
Plusieurs chantiers il avait
De l’un à l’autre il allait
Attention attention, les travaux traîneront

Et moi qui ne savais pas
Je lui ai confié des travaux
Mais est-ce qu’à l’heure du trépas
Je serai dans mes locaux
Attention attention, les travaux traîneront

Quand je passais dans la rue
J’attendais de voir son camion
Hélas pour moi rien en vue
Désolé désolation
Attention attention, les travaux traîneront

Je l’ai croisé par hasard
Il avait l’air de ne pas me voir
Quand je l’ai interpelé
Enfin il m’a regardé
Attention attention, les travaux traîneront

Que faire dans ma position
Je lui ai dit : j’en prends mon parti
J’en ferai une chanson
Est-ce qu’il l’a bien ou mal pris ?
Attention attention, les travaux traîneront

Après des explications
Je lui ai accordé mon pardon
Par respect par discrétion
Je ne donnerai pas son nom
Attention attention, les travaux traîneront

Lectoure on the hill

C’est jour après jour
C’est pierre après pierre
Que s’est érigée la ville aux mille lumières
Qu’ce soit à l’ombre ou au soleil
Dans le bleu ou le gris du ciel
La cathédrale sur elle veille

Et Lectoure on the hill
Sur la vallée domine
Les années qui défilent
Et mes yeux s’ illuminent

Et Lectoure sur la colline
Sur l’horizon dessine
La passion qui m’anime
Et mon âme elle câline

C’est de siècle en siècle
C’est au fil du temps
Que cette ville a pris son essor sûrement
Le temps des châteaux fortifiés
Les lactorates oubliés
Elle est depuis toute en beauté

Et Lectoure on the hill
Sur la vallée domine
Les années qui défilent
Et mes yeux s’ illuminent

Et Lectoure sur la colline
Sur l’horizon dessine
La passion qui m’anime
Et mon âme elle câline

Le silence y est possible
Le bonheur y est visible
Et chacun y vit paisible

Et Lectoure on the hill
Sur la vallée domine
Les années qui défilent
Et mes yeux s’ illuminent

Et Lectoure sur la colline
Sur l’horizon dessine
La passion qui m’anime
Et mon âme elle câline

Et Lectoure on the hill
Sur la vallée domine
Les années qui défilent
Et mes yeux s’ illuminent

Et Lectoure sur la colline
Sur l’horizon dessine
La passion qui m’anime
Et mon âme elle câline

Le melon de Lectoure oh con !

Melon à déguster sans modération !

Presse : bas de page

Contenu non disponible.
Merci d'accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Dernières statistiques : plus de 100 000 vues  

Extrait de l’article de Sabrina Jimenez sur son site http://yakayaller.com
 Interprétation décalée, public entraînant, refrain percutant… Serge Mauro fait du melon de Lectoure la star de l’été ! Suite ICI 

Les 3 intronisés à la confrérie parmi d’autres :

Serge Mauro-François-Hollande-Julie GayetJulie Gayet a été intronisée le 10 août 2018.

Ma rencontre avec elle le 18 août
De quoi parle-t-on avec Julie Gayet ?
Eh bien du melon, de l’intronisation, de la chanson et du clip « Le melon de lectoure oh con ! »

Julie Gayet - Serge Mauro - Lectoure - GersFrançois Hollande intronisé à la confrérie du melon de melon de Lectoure

gisele-biemouret- philippe-martin-françois-Hollande-serge-mauro
De gauche à droite : Gisèle Biémouret, François Hollande, Philippe Martin, Serge Mauro et de gauche à droite : les bénévoles : Bruno, Pascale, Angélo, Marie-hélène notre coprésidente, notre deuxième Marie-hélène, Jean-Pierre, Benoît et Pascal qui malheureusement n’a que le bord du béret….. Photo : Claire Tervé (Huffpost).

Tout comme François Hollande lors des Marchés  flottants du Sud-Ouest le dimanche 17 septembre,  Article ICI de l’HuffingtonPost et Article ICI de FR3 blog, Marc Lavoine, Michèle Laroque, Aure Atika et d’autres célébrités, j’ai été intronisé à la confrérie du melon de Lectoure, produit bien connu des médias, le 11/08/2017.

A cette occasion, j’ai chanté ma composition pour clôturer la journée de la fête annuelle du melon et ai tourné le clip.
Ce titre est inclus dans l’album « Lectoure on the hill »
Disponible sur : Deezeritune, Spotify, Apple Music, Amazon.

Le melon de Lectoure

 

 

 

 

 

C’est une cucurbitacée
Qui pousse dans ma région
Et s’il t’arrive de la goûter
T’en feras ta passion


Oh putain
qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée
A la chair orangée

Sucrée à point belle à croquer
En dessert en entrée

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée    
Aussi pour l’apéro
Avec un floc à déguster
T’en deviendras accro

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée
Que tu peux préparer
De plusieurs façons, l’apprécier
Et ne plus t’en passer

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée
Très bonne pour ta santé
Tu peux la manger tout l’été (toute l’année : texte original changé) 
Tu seras vitaminé (Elle peut se congeler : texte original changé)

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

oh oh le melon
oh oh oh gascon
oh oh de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée
Un antioxydant
Et bien sûr qu’elle va te soigner (C’est sûr qu’elle : texte original changé)
Tu seras performant

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

C’est une cucurbitacée
Que tu peux acheter
En t’en parlant dans ma chanson
J’en fais la promotion

Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Oh putain le melon gascon
Oh putain qu’il est bon, oh putain qu’il est bon
Le melon de Lectoure oh con

Articles ci-dessous publiés avec l’aimable autorisation de La Dépêche du midi.
Une grande fête à la gloire du melon : Melon de lectoure

Article complet ICI
Le 11e chapitre de la Confrérie du Melon de Lectoure se tenait vendredi 11 août, lors de la Fête du melon de Lectoure. Après les dégustations du matin sur le marché, le rassemblement devant la Halle a vu fleurir quelques danses, chanter Serge Mauro, et un Paquito géant.
(Serge Mauro a été intronisé à la confrérie du melon ce même jour.)

La dépêche du midi : 08/08/2017
Serge Mauro tournera son clip vidéo

Article complet ICI

Le vendredi 11 août, à l’occasion de la fête du melon, organisée par l’Association de la promotion du melon de Lectoure, Serge Mauro, auteur-compositeur-interprète de la chanson «Le melon de Lectoure oh con», tournera un clip vidéo pour cette dernière. Plusieurs séquences de tournage sont prévues, dont les plus importantes se dérouleront le vendredi entre 11 et 12 heures environ, sur la place de la halle polyvalente.

Serge Mauro est de retour (Chant)

Depuis le début du mois de juillet et jusqu’à la fin du mois d’août, on peut voir un ancien habitant de Lectoure chanter et enchanter les Lectourois en s’accompagnant de sa guitare. Il s’agit de Serge Mauro, fils de Lectourois, qui était parti comme beaucoup de jeunes essayer de gagner sa vie ailleurs et qui revient avec nostalgie dans sa ville natale. Cette nostalgie, il l’exprime sous forme d’une dizaine de chansons sur Lectoure.

Certaines, les Lectourois les connaissent déjà comme «La Rue du 14-Juillet» mais d’autres sont tout à fait nouvelles, écrites et composées par Serge Mauro au cours de la fin de l’année 2014 et le début de l’année 2015. Elles forment la majorité de son album : «Lectoure on the hill» ou plus communément Lectoure sur la colline. Il chante des morceaux de bravoure tels «Le Melon de Lectoure oh con !» ou «Chez Bayonne», à côté de chansons plus chargées d’émotion telle «Lectoure, ma ville» ou bien «Lectoure élégante».

On peut les trouver sur un CD en vente dans divers points de la ville au prix de 12 euros. On peut aussi se les procurer tous les dimanches matin sur le marché aux producteurs devant la cathédrale, ou le vendredi dans le marché hebdomadaire. Mais si on veut les écouter, on peut assister au concert que Serge Mauro donnera en y mêlant quelques airs de Brassens, le mercredi 22 juillet, à 21 heures, au jardin des Marronniers. Auparavant, il sera présent à l’office de tourisme de Lectoure, le mercredi 22 juillet, à midi, avec la radio «Web CoolDirect», d’Astaffort (cooldirectr.fr).

Extrait de l’article de La Dépêche du 28/02/2017 ICI

La marque Melon de Lectoure est approuvée
Le dépôt de marque est bien avancé. Les producteurs qui vendront sous la marque Melon de Lectoure devront utiliser l’emballage fabriqué exclusivement par les établissements Peret et ils seront d’office adhérents à l’association qui est seule propriétaire de la marque. Ils seront titulaires d’une carte d’adhérent et enregistrés auprès de la chambre d’agriculture. Le logo de l’association s’adapte aux nouveaux plateaux de melons. Seuls les producteurs titulaires d’une carte pourront acheter des plateaux « melons de Lectoure ». 
Extrait de l’article de La Dépêche du 17/02/2017 ICI

La démarche pour un dépôt de marque «melon de Lectoure» est en
cours ; un comité de pilotage dont font partie quelques producteurs, présidé par Suzanne Macabiau, de la CCLG, avec l’aide de l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) et l’Ircalim. Une démarche d’IGP est très onéreuse et très longue, mais le problème viendrait surtout de l’implication des producteurs, car la décision doit se faire avec la production. «Avez-vous envie que le melon soit valorisé comme il le mérite ? En attendant, alors que le dépôt de marque avance, comment faire pour se protéger de tous ceux qui piratent cette appellation, achètent ou réutilisent des plateaux siglés melon de Lectoure tant l’identité est porteuse de qualité et attend ?

Extrait de l’article de La Dépêche du 26/02/2016 ICI

Le melon de Lectoure est connu mais pas reconnu
On constate de plus en plus un piratage des cageots de melons libellés «Melons de Lectoure» et un trafic violent qui bénéficie à d’autres tant l’appellation est porteuse, mais nuit à la réputation de notre produit local. Lors de sa récente assemblée générale, il y a eu un long débat pour savoir comment le protéger, une réflexion qui est en cours avec la communauté de communes de la Lomagne Gersoise.
 

Au bas de Lectoure

Le gers

Au bas de Lectoure
Au bord du Gers
Assis sur son caisson
Le béret penché sur le front
Le mégot au-dessus du menton
Le pêcheur se dessine sur l’horizon

Mon père allait ainsi
Le dimanche après-midi

Au bas de Lectoure
Au bord du Gers
Se tenant le dos rond
Les yeux fixés sur le bouchon
Oscillant sur l’eau couleur marron
Le pêcheur silencieux taquine le poisson

Mon père allait ainsi
Le dimanche après-midi

Au bas de Lectoure
Au bord du Gers
Dans la même position
D’autres assouvissent leur passion
Et le soir reviennent à la maison
La bourriche pleine ou vide de poissons

Mon père allait ainsi
Le dimanche après-midi

Mon père allait ainsi
Le dimanche après-midi

Le Gers est le département dans lequel se situe la ville de Lectoure et comme son nom l’indique, c’est la rivière principale qui coule au bas de la ville, puisque cette-dernière coiffe la colline, à 180 m d’altitude.

Tous les pêcheurs du coin sont allés, ne serait-ce qu’une fois, pêcher dans les eaux troubles de ce cours d’eau, que ce soit des gardons, des goujons, des ablettes, des brochets, des carpes de façon traditionnelle, mais il ne faut pas oublier également la pêche dite « à la volante » que mon père pratiquait souvent, et je peux dire, avec adresse.

Le Gers est une rivière qui prend sa source sur le plateau de Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées (65).

Il traverse deux régions : Midi-Pyrénées et Aquitaine et coule sur 174 km environ du sud au nord avant de se jeter dans la Garonne à Layrac, commune du Lot-et-Garonne (47) située à  26 km de Lectoure, en passant par Astaffort.

Chez Bayonne

Le café des sports, chez Bayonne


L’activité festive du café des sports à Lectoure m’a inspiré cette chanson. Ce n’est pas seulement un café, mais également un endroit où tous les midis, toute l’année, vous pouvez vous restaurer.

Les lundis soirs, du 15 juillet au 15 août, des repas avec groupes musicaux vous sont proposés et il y a du monde.

Le café chez Bayonne
C’est le café des sports
C’est le lieu qui rayonne
Pas d’envers du décor

Et c’est chaud chaud chaud chaud
Chez Bayonne, it’s the place to be
The place to be
The place to be

Au café chez Bayonne
Les people ont leur code
C’est l’endroit à la mode
Marc Lavoine ça étonne

Et c’est chaud chaud chaud chaud
Chez Bayonne, it’s the place to be
The place to be
The place to be

Au café chez Bayonne
Le siège du football
La fête ça cartonne
C’est plutôt rock’n’roll

Et c’est chaud chaud chaud chaud
Chez Bayonne, it’s the place to be
The place to be
The place to be

Au café chez Bayonne
Le siège du rugby
Les murs tremblent et résonnent
Et là y’a pas d’chichis

Et c’est chaud chaud chaud chaud
Chez Bayonne, it’s the place to be
The place to be
The place to be

Qu’ce soit le ballon rond
Qu’ce soit la balle ovale
Que ce soit le show biz

C’est chaud chaud chaud chaud

Lectoure élégante

lectoure place général de GaulleLectoure élégante

A la lumière de l’été
Lectoure se fait une beauté
Nul besoin de maquillage
Les rides de son âge
Embellissent son visage

A la tombée de la nuit
La lueur des réverbères
Effleure le grain de la pierre
Et Lectoure se réjouit
Du silence de l’infini

Bardée, armée de confiance
Temps présent ou temps jadis
Lectoure revêt les habits
Des plus beaux détours de France
Du haut de son élégance

En montgolfière

mongolfières

 

Cette chanson m’a été inspirée par une photo des Montgolfières de Gascogne de #Lectoure.

La société « Gascogne-montgolfières », basée à Lectoure, propose des baptêmes de l’air dès mars/avril.

Vous pourrez alors vous élever dans les airs au dessus de Lectoure, de notre partie de Gascogne dans le Gers.

Ma chanson peut vous donner une idée de ce que vous pourriez éprouver.

Aller bien plus haut que la cathédrale
Voir toute petite la rue nationale
M’éloigner des toits de tuiles canal
Savourer un moment idéal

Admirer la campagne environnante
Les champs de tournesols et de melons
De maïs de blé couvrant les vallons
Saluer la nature rayonnante

   Je veux survoler Lectoure
   Détacher mes pieds de terre
   Plutôt en montgolfière
   Dans la clarté du jour
   En montgolfière

M’inonder de collines verdoyantes
Observer les paisibles ruminantes
M’enivrer des choses les plus ordinaires
Loin de tout problème qu’il vaut mieux taire

   Je veux survoler Lectoure
   Détacher mes pieds de terre
   Plutôt en montgolfière
   Dans la clarté du jour
   En montgolfière

          Une aventure dans les airs
          Ne serait pas pour me déplaire
          Un périple de cette manière
          Semblerait me satisfaire

Me balader debout dans la nacelle
M’extasier devant la beauté de celle
Celle que j’ai le plus souvent vue d’en bas
Celle qui encore m’étonnera

Lectoure, ma ville

montmorency-lectoure
Ma ville assise sur des rochers
Qui se fissurent
Du côté des allées Montmorency
Dévoile son imposture
Aux douces collines endormies

Lectoure l’ambitieuse
Lectoure la précieuse
Lectoure la gracieuse

Ma ville accrochée aux rochers
A fière allure
De l’autre côté boulevard du Nord
Et ne fait plus d’efforts
Majestueuse de parures

Lectoure naturelle
Lectoure sensuelle
Lectoure m’ensorcelle

Ma ville ceinturée de remparts
Comme d’une armure
Sur le versant du Midi boulevard
Domine la vallée
Etincelante de dorures

Lectoure silencieuse
Lectoure somptueuse
Lectoure merveilleuse

Ma ville revêtue de son fard
Panse ses blessures
Sur le chemin des conflits oubliés
Ma Ville d’art, d’eau et d’histoire
Belle éblouissante perdure

Lectoure immortelle
Lectoure éternelle
Lectoure m’ensorcelle

Rue du 14 juillet

La rue du 14 juillet, rue de l’ancienne maison familiale à Lectoure, bien déserte de nos jours.

Tous les commerçants y avaient leur boutique, du Café des sports  à la gendarmerie.

Pourquoi ?

La raison est simple : cette rue était le début du parcours
de la ville à la gare pour aller prendre la micheline  qui emmenait les lectourois qui allaient travailler dans les villages alentours entre Agen (47) et Auch (32).

On peut encore voir l’emplacement de toutes les boutiques.

J’avais demandé à l’ancienne municipalité si on ne pouvait pas mettre une petite plaque sur chaque boutique qui existait mais il m’a été répondu que seuls les propriétaires actuels  étaient concernés.

Dommage !

Si vous descendez et remontez de la rue nationale à la gare et vice-versa, vous n’aurez pas besoin d’aller dans une salle de sport.

rue du 14 juillet lectoure

Elle descend descend descend
De la place de la halle
Aux remparts du midi
La rue du 14 Juillet*
Elle descend descend descend
De la rue nationale
Au boulevard du midi
* ………………………………
On la parcourait avec nos bicyclettes
On la descendait en chariot à roulettes
On y faisait des larcins sans importance
C’était la rue de mon enfance

Elle était bruyante ma rue
Elle était attrayante ma rue
Elle était passante ma rue
La rue du 14 juillet

Elle descend descend descend
De la place de la halle
Aux remparts du midi
La rue du 14 Juillet

Elle descend descend descend
De la rue nationale
Au boulevard du midi
La rue du 14 juillet

On s’y déguisait en cow-boy en indien
On lançait des pétards de la salle de bain
On y déambulait en toute innocence
C’était le temps de l’insouciance

Elle était vivante ma rue
Elle était commerçante ma rue
Elle était charmante ma rue
* ………………………………
Les Saubestre charcutiers
Ulian les premières télés
Mr Lévy le tapissier
Mr Couderc le cordonnier
Mme Mallet le café

Les Masseng primeurs
Mr Bonnet le coiffeur
Mr Tonin le tailleur
Mr Gibaud le primeur
Mr Pérès l’assureur

Les Biran l’épicerie
Mr Le Sauce l’imprimerie
Soubirous la boucherie
Mauro la menuiserie
Gardeil la biscuiterie

Plus bas la gendarmerie

Et tout ce monde béni
Par l’église de Saint Esprit

Lectoure-01

cathedrale-lectoure

Ma toute première chanson sur Lectoure

Lectoure

J’ai fait mes premiers pas
Dans la grand’ rue de cette ville
Perchée au sommet de la colline
Où le clocher semble percer le ciel bleuté de l’été

Faire un tour du côté de Lectoure en été

J’ai flirté à la fraîcheur des marronniers en musique
J’ai dormi au soleil de la piscine panoramique
J’ai caressé les tilleuls des jardins de l’esthétique
J’ai respiré à l’envers d’un univers synthétique

J’ai fait mes premières armes
De mon berceau à la place d’armes *
Je ne savais pas dans ma jeunesse
Que je me dessinais au milieu de pierres enchanteresses

Faire un tour du côté de Lectoure en été

Sur l’esplanade du bastion le kiosque attend les violons
Au bal de l’accordéon du bar des amis gascons
Où dansait mon adolescence qui criait liberté
Avant de partir sur d’autres routes et me retourner

Sur les trottoirs de pierre blanche
Apprivoisé par mes souvenirs
Je marche en silence Je marche en silence

Sur les trottoirs de pierre blanche
Le présent au pied de l’avenir
J’avance en silence J’avance en silence

J’y ferai mes derniers pas
Quand les années m’auront courbé
A la venue d’un jour de faiblesse
Comme en friche épuisé j’épouserai son cœur de Déesse
Faire un tour du côté de Lectoure en été

* Place renommée Place Boué de Lapeyrère

Liberté

libertéTexte écrit suite aux événements du 13 novembre 2015.
Ce texte vaut également pour les tristes événements de Bruxelles du 22/03/2016, de Nice le 14/07/2016 et pour tous les autres qui ont suivi.

Liberté
Tu es mon identité
Tu es mon oiseau rare
Il ne faut pas te bafouer
Par des idées bizarres

Tout ce qu’on a bâti
Pour arriver jusqu’ici
Ne doit pas être détruit
Tout ce qui fait notre vie
Notre bonheur aussi
Ne doit pas être anéanti

Liberté
Moi je veux te sauver
De tout ce tintamarre
C’est toi qui dois m’aider
A bannir les barbares

Toute la tolérance
On l’a gagnée en France
Envers et contre tout
On va pas se laisser faire
Lorgner dans nos affaires
On sera toujours debout

Liberté
Je veux te préserver
Le plus longtemps possible
Je ne veux pas lâcher
Mes moments si paisibles

On saura te garder
On saura te choyer
Défendre nos croyances
On fera tout ce qu’il faut
Pour voguer sur les flots
De l’intelligence

Chez Cigale et Fourmi


tour albinhac-lectoure

Un restaurant à Lectoure, dont je ne connais pas l’origine du nom « Cigale é Fourmi » donné par l’ancien propriétaire.

Le restaurant a changé de propriétaires et le décor a quelque peu changé. Je modifie donc le quatrième couplet, entre-parenthèses l’ancien couplet.

Entre la cathédrale
Et la place de la halle
Tour d’Albinhac oblige
Un moment de vertige

Si tu vas à l’arrière
De la tour de pierre
La terrasse t’attend
C’est un endroit charmant

A Lectoure
Chez Cigale é Fourmi c’est comme un jardin fleuri 
Chez Cigale é Fourmi il t’embaume il te séduit
Chez Cigale é Fourmi tu y vas avec envie

Et si le soleil plombe
Ou bien que la pluie tombe
Tu seras à l’abri
Des problèmes, des soucis

Sur les tables de chêne                        (Sur la table à rayures)
Les souvenirs s’enchaînent              (Ce sera l’aventure)
Et côté nationale                                   (Et dans le coin oriental)
Chantent et dansent les cigales      (Chanteront les cigales)

A Lectoure
Chez Cigale é Fourmi c’est comme un jardin fleuri 
Chez Cigale é Fourmi il t’embaume il te séduit
Chez Cigale é Fourmi tu y vas avec envie

Et pour toi le temps s’arrêtera ici
Tu iras de pays en pays
Tu feras de grands, de très grands voyages
Sans aucun, aucun bagage

A Lectoure
Chez Cigale é Fourmi c’est comme un jardin fleuri 
Chez Cigale é Fourmi il t’embaume il te séduit
Chez Cigale é Fourmi tu y vas avec envie 

Le bouquiniste rue Antichan

Comme vous devez le supposer, la rue Antichan se trouve à Lectoure.

rues-ruelles-lectoure-serge-mauro

Le bouquiniste rue Antichan

Vivait au milieu de ses romans
Erudit un tant soit peu grognon
Les yeux grossis par les lorgnons

Il n’était pas sympa le gars
Pas du tout cool pas cool le gars
Il était ronchon ronchon le gars
Que faisait-il là la la la le gars

Le bouquiniste rue Antichan
N’acceptait pas tous les clients
Si vous paraissiez un peu touriste
Il vous fallait quitter la piste

Il n’était pas sympa le gars
Pas du tout cool pas cool le gars
Il était ronchon ronchon le gars
Que faisait-il là la la la le gars

Le bouquiniste rue Antichan
Faisait s’enfuir tous les clients
Dès que vous passiez la porte d’entrée
Il vous scrutait de la tête aux pieds

Il n’était pas sympa le gars
Pas du tout cool pas cool le gars
Il était ronchon ronchon le gars
Que faisait-il là la la la le gars

Le bouquiniste rue Antichan
N’a pas exercé très longtemps
Si vous savez où il est passé
Prière de ne pas me le dévoiler

Il n’était pas sympa le gars
Pas du tout cool pas cool le gars
Il était ronchon ronchon le gars
Que faisait-il là la la la le gars

Toute ressemblance  avec une situation ou une personne existante ne serait que fortuite.

Chez Dameyliane

C’était un restaurant très sympathique au 122 rue nationale, à Lectoure.

salon-de-diane-lectoure-serge-mauro
a
J’ai fait un sacré chemin
Depuis le jardin de Dameyliane
Un endroit plus que sympa
Le client est roi chez Dameyliane

Le satin bleu-vert des murs
S’orne de peintures chez Dameyliane
Chaleur des fauteuils d’osier
Aux coussins rosés chez Dameyliane

De son salon de Diane tu ne peux plus partir
Dans son salon de Diane tu ne peux que revenir
Dans son salon de Diane accroché à une liane
Qui va te retenir
Dans son salon de Diane un parfum de gentiane
Qui t’appelle au souvenir

Le mobilier rose-bonbon
Danse sur le ton de Dameyliane
Avec un coktail sucré
T’as plus qu’à rêver chez Dameyliane

Un lieu pour les créateurs
Et pour les acteurs chez Dameyliane
Le meeting des écrivains
Et des musiciens chez Dameyliane

De son salon de Diane tu ne peux plus partir
Dans son salon de Diane tu ne peux que revenir
Dans son salon de Diane accroché à une liane
Qui va te retenir
Dans son salon de Diane un parfum de gentiane
Qui t’appelle au souvenir

Elle te parle avec amour
De ses arcades et du balcon
Elle te parle avec amour
Des ses romans et de chansons
Elle te parle avec amour de la ville de Lectoure

J’ai passé deux mois d’été
Au salon de thé chez Dameyliane
Au rendez-vous des artistes
Celui des touristes chez Dameyliane

A la rose du chat

C’était un restaurant « spécialité canard » rue Sainte Claire, à Lectoure.

rose-du-chat

Sur le boulevard du nord
Dans le jardin surélevé
Le chat ronronne et dort
Sur un tapis de gravier

Dans le coin ombragé
La fleur de l’amour a poussé
Elle veille tout à côté
Sur l’animal allongé

La rose c’est elle, le chat c’est lui
Elle s’est éclose, elle s’est blottie
La fleur c’est elle, l’animal c’est lui
Elle se repose tout contre lui

Viens découvrir les saveurs du terroir
A la rose du chat
Viens t’abreuver aux douceurs du nectar
A la rose du chat
Viens oublier tes soucis tes déboires
A la rose du chat

Sur le boulevard du nord
Par des journées ensoleillées
Le chat s’étire et dort
Dans le jardin parfumé

Sur le boulevard du nord
Par des journées parfois grisées
Quand l’un ou l’autre a tort
Leur amour semble enrayé

La rose c’est elle, le chat c’est lui
Parfois elle s’oppose à ce qu’il dit
La fleur c’est elle, l’animal c’est lui
Alors il sort ses griffes et la contredit

Viens savourer les parfums du terroir
A la rose du chat
Viens partager ton bonheur tes espoirs
A la rose du chat
Viens mélanger tes couleurs pour un soir
A la rose du chat

Sur le boulevard du nord
Au pied du buis le chat s’endort
Et à l’ombre du figuier
La rose ne cesse de danser
Ne cesse de danser
Ne cesse de danser

Flora, ma mère

Flora, ma mère, qui a vécu à Lectoure.

A vécu à Lectoure jusqu’au 9 juillet 2001.

Elle n’a pas eu la vie facile
Elle s’est écorché les mains
Pour élever ses fils ses filles
Le jour la nuit jusqu’au matin

Flora, ma mère
Flora, ma mère

Elle a enfilé des aiguilles
Sur la soie de son chagrin
Pour donner à ses fils ses filles
L’avenir qui n’a pas été sien

Flora, ma mère
Flora, ma mère

Elle n’a pas pleuré sur son sort
C’est au prix de ses efforts
Qu’elle a tracé le droit chemin
Qui mène sur la voie des gens bien

Flora, ma mère
Flora, ma mère

C’est au doux bruit de la machine
Que je m’endormais le soir
Il venait de la pièce voisine
Graver le film de ma mémoire

Flora, ma mère
Flora, ma mère

Le maréchal Lannes

maréchal-lannes

Le Maréchal Lannes, ayant le titre de « Duc de Montebello » est né à Lectoure au bas de la rue qui porte son nom (rue Montebello), face à la rue du 14 juillet.

Après avoir rejoint l’armée en 1792, il devient général et combat auprès de Napoléon avec lequel il se liera d’amitié.
Blessé à la bataille d’Essling, il meurt à Vienne en 1809.

Le lycée de Lectoure porte son nom.
a
En haut des escaliers de pierre
Le duc de Montebello
Encadré de deux lions
Semble scruter l’horizon

Vêtu de ses habits d’apparat
Taillé dans du marbre de soie
Pense-t-il à son destin
Non moins l’un des plus serein

Ce chef de l’armée napoléonienne
Né dans la rue face à la mienne
Héros du temps de l’empire
Sur son piédestal respire

Le maréchal homme de standing
Blessé à la bataille d’Essling
Ami de Napoléon
Repose en paix au Panthéon

Né à Lectoure (1769)
Bataille de Marengo (1800)
Campagne de la Grande armée (1804)
Bataille d’Austerlitz (1805)
Bataille de Friedland (1806)
Bataille d’Iéna (1806)
Mort à Vienne (1809)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer