Elle s’en va loin très loin

Dans le silence de la nuit
Une ombre se faufile
Sur les remparts de la petite ville
Sans regrets ni remords dans son cœur meurtri
Là où les blessures sont à jamais enfouies
Elle s’en va loin, très loin

L’adolescence sur le fil
Des moments difficiles
Le plus souvent très proche de l’abîme
Avec les mots violents et les coups en prime
Pour oublier le rejet dont elle est victime
Elle s’en va loin, très loin

Silhouette à l’allure féminine
Loin de sa nature masculine
Elle disparaît au coin de la tour
Elle s’en va loin très loin pour toujours

Dans la souffrance des non-dits
Des amours interdits
Elle met un terme à l’enfer de sa vie
Dans la petite ville où elle a grandi
Jusqu’à ce jour parsemée de lourds soucis
Elle s’en va loin, très loin

Serge Mauro